Présentation

Docteur Sylvia Kohnen diplômée faculté de Paris I Panthéon Sorbonne, thérapie confiance en soi par les arts. Discipline piano peinture théâtre.

 

 

    48° 5′ 35.621″ N 4° 19′ 43.028″ W

Assise dans le cockpit de mon écume de mer à Douarnenez dans le port de Rosmeur, il fait nuit, au mouillage je contemple la nuit phosphorescente, les lumières dans le port. Nous sommes en 2004. C’est la rencontre des vieux Gréements. Toutes les lumières chantent dans la mer en s’y reflétant. Je prends mon appareil photo et saisie ces moments de grâces. C’est le départ d’une aventure picturale. Les lanternes de la nuit poétisent l’espace de leurs scintillements, de leurs éclats, de leurs rythmes isophases, ou autres. Croches, noires, silences et soupirs se suivent dans le silence de la nuit. La mer est calme, le ciel est clair. Je me sens comme dans un conte, la magie de la mer, des lumières sur l’eau, le Belém radieux, les bateaux pirates et autres gréements… un autre temps. Voguer sur la mer. Je pars dans la lumière et la couleur sur cette mer plate qui m’attire, attise en moi l’envie de voyager. De partir vers le lointain où la lumière semble vouloir m’orienter vers le large sur un voilier voguant. Glisser sur cette mer calme et silencieuse.

A bord je lis « Voyage sans escale » de Gérard Janichon. Ce merveilleux livre du marin qui danse avec ses voiles me touche par ses mots qui racontent la mer, sa mer. Le navigateur sans balises, le vagabond libre, selon ses mots lors de mes échanges avec lui durant l’écriture de mon master et de ma maîtrise en arts. La balise est pour lui une entrave à sa liberté de « vagabond des mers » : « Dans mon style de navigation, le balisage n’a jamais représenté quelque chose d’important, je veux dire une référence fondamentale de navigation, comme ça peut l’être sur un navire de gros tonnage. Il pouvait parfois constituer une aide dans certaines zones scabreuses, où les bouées, les perches sont un peu comme les  cailloux du petit Poucet pour retrouver son chemin, mais je n’ai pas appris à naviguer par rapport à un code maritime, et paradoxalement, le balisage pouvait constituer pour moi une entrave supplémentaire dans le labyrinthe. Pour simplifier, je pourrais dire que j’ai longtemps ignoré à peu près tout du code maritime, me contentant simplement des vertes et des rouges qu’on laisse à tribord et à bâbord ! Le code maritime représentait une contrainte et dans ma vie de vagabond libre, je ne voulais d’aucune contrainte. Seules les lois de la mer comptaient. A moi donc, d’être assez habile pour éviter les pièges, les récifs, les cailloux, à moi de trouver mon chemin, de me débrouiller pour savoir me situer par rapport à la seule référence, la carte. C’est évidemment à nuancer, mais c’était un peu ça. »

 

La voile j’y suis venue par hasard. Je quittais, pour un temps seulement, l’art dramatique pour les arts plastiques. Une après-midi de 1996, j’avais 24 ans, en longeant les quais je découvris que l’on pouvait passer son permis mer sur la seine à Paris.  Je m’y inscris par jeu et curiosité. Une fois le permis côtier en poche où je découvris tout un langage de couleurs et de  signaux sonores, je poursuivis  ma curiosité  avec le permis hauturier, la lecture de la carte marine, comment on lit l’espace maritime, comment on s’y repère, comment on trace sa route avec les courants, les vents, les déviations et Déclinaisons.

Tout cela est un langage énigmatique, des pictogrammes, des abréviations, des côtes, des latitudes et des longitudes, un quadrillage, des calculs de marées. Absolument passionnant. La carte ça fait rêver. Trouver sa position à l’aide d’un triangle composé de trois amers, trois balises, trois repères fixes. Cette complexité me fascine. Permis obtenu.

Bon et maintenant comment on fait pour naviguer ? Comment ça fonctionne un voilier? Comment on fait pour faire tout ça à bord en route dans cet espace constitué d’eau et d’horizons?  Je suis à Paris, cap à Cherbourg pour m’inscrire dans une école de voile. Le moniteur du permis côtier m’ayant dit “si tu apprends à naviguer en Manche tu sauras naviguer partout”!

On m’invite à participer à une régate. C’est un véritable coup de foudre pour la mer et la navigation. Une nouvelle langue, une nouvelle manière de se positionner dans l’espace, de l’appréhender. Des allures avec le vent et des voiles qui dansent avec.

Je mène alors mes deux passions l’art et la navigation, la peinture, le piano et le théâtre. Finalement la mer c’est un peu ces trois disciplines réunis.

J’ai grandie au Luxembourg, loin de la mer. Mais je détestais la quitter, quand le séjour se terminait, comme je détestais quitter Paris. Je rêvais de théâtre et de comédies, je rêvais de jouer du piano. J’ai croisé des pinceaux et des pigments, j’ai trouvé des voiles, des balises et des phares dont les couleurs racontent des chemins, des lieux dits en mers et beaucoup encore.

La couleur nécessaire c’est un voyage maritime pictural, où se mêle souvenir de navigations, rêves sur une carte marine, c’est un conte, des amers, une nouvelle langue aussi belle que la calligraphie arabe par ses arabesques qui rappellent les vagues et les balises, aussi énigmatique qu’un idéogramme chinois qui se compose de clés, de symboles qui interagissent ensembles pour composer un mot.  La couleur nécessaire c’est une interprétation d’un « mer-itoire » par opposition au territoire, d’un mode de vie particulier en mer.

«  (…) vous touchez aux frontières de la plénitude. Je me rappelle de certaines nuits en mer, en solitaire sur mon bateau, en plein océan à écouter le chant des étoiles qui se mêlait à la mélodie de la coque sur l’eau…à ces moments-là, le code maritime c’est seulement le scintillement des étoiles là haut et leur reflet sur l’eau que vient briser l’écume des vagues, éternelles gardiennes des abysses mystérieuses qu’on ne fait qu’effleurer… ce n’est plus tout-à-fait un voyage géographique, vous vous en doutez… (…) Gerard Janichon.

 

 

 

 

Je joue du piano aussi et vous pouvez suivre mes chroniques sur https://clefdesolclefdefapianofacile.com/

 

to Lorca composition Sylvia giafferri kohnen

Bonnes lectures et bonnes navigations picturales !

Sylvia Giafferri kohnen

 

Pour toute informations sur mes œuvres, les tarifs, propositions d’expositions, vous pouvez me joindre par le fenêtre “Commentaire” en bas de page ou par mail à  :

 

contact @ la-couleur-necessaire.com

Fresque :

2017  Peinture de dauphins sur le phare de Pianottoli-Caldarello  (Corse)

EXPOSITIONS PERSONNELLES

2019, Cheminements, Château de Regnéville sur mer / Conciergerie (50)

2018 , “La couleur nécessaire pour un cheminement maritime” Espace culturel de Beaumont Hague (50)

2015, Amers, Îlot Saint Michel, Erquy (22)

2015, Performances Sea art avec Isabelle Sprung Portbail, Barneville-Carteret (50)

2014,  Balise erratique, Port d’Omonville la Rogue (50)

2014,  Balise erratique, Port Racine, Anse Saint Martin (50)

2012, Amers, chemin maritime et langage pictural, Centre Saint Charles, Paris

2011, Vagues et langage fantasmagorique, Mairie, Tourlaville (50)

2011, Chemins de nuages, Mairie, Saint-Mandé (94)

2009, Utsire, Cartographies et météo marine Aux Chartrier, Bricquebec (50)

2008, Amers, chemin maritime et langage pictural, Marina, Saint Vaast la Hougue (50)

2008, Amers, chemin maritime et langage pictural, Café du port, Omonville la Rogue (50)

2008, Amers, chemin maritime et langage pictural, Art Gravage, Martinvast (50)

2008, Amers, chemin maritime et langage pictural, Le La Fontaine, Cherbourg (50)

2008, Amers, chemin maritime et langage pictural, Le Skipper, Cherbourg (50)

2007, Amers, chemin maritime et langage pictural, Galerie, Morelet, Lahaye du Puits (50)

2007, Amers, chemin maritime et langage pictural, Maison de la mer, Erquy (22)

2007, Amers, chemin maritime et langage pictural, Chateau des Ravalet, Tour de l’horloge, Tourlaville (50)

2007, Amers, chemin maritime et langage pictural, Capitainerie, Granville (50)

2006, Amers, chemin maritime et langage pictural, Centre Charles, Paris

2006, La Couleur nécessaire, Capitainerie, Cherbourg (50)

2005, La Couleur nécessaire, Yacht Club, Cherbourg (50)

2005, La Couleur nécessaire, Centre Saint Charles, Paris

2000 Art’s café, Cherbourg (50)

1999, Sans titre, Paris

 

 

EXPOSITIONS COLLECTIVES :

2016, Les ardoises de Sophie, Centre culturel d’ Equeurdreville,  Centre culturel de Beaumont Hague (50)

2016, 8×8 Femmes, galerie Place des Arts, Caen (14)

2016, 8×8 femmes pour le 8 mars, Journée de la femme, œuvres sur tochons Espace Michel Frérot, Thaon (14)

 2014, Art en Ciel, Ducey, Cherbourg, Ecausseville (50)

2012, Passage du Temps, Galerie Crouss Beaux Arts,  Paris

2011, La Figure ou le Lieu, Galerie Crouss Beaux Arts, Paris

2010, Aujourd’hui la Couleur, Galerie Crouss Beaux Arts, exposition collective,  Paris

2009, Saint Vaast et la Mer, Centre culturel, Saint Vaast la Hougue (50)

2008, Rhyzome, Galerie Crouss Beaux Arts, Paris

2008, Rhyzome, Centre Saint Charles, Paris

2004, Eglise de Saint Germain des Vaux (50)

2003, Mairie Omonville la Rogue (50)

2003, Manoir Quequeville (50)

 

Articles :

Presse Granville 2007

Presse Cherbourg 2007

Presse Cherbourg 2008

Presse Cherbourg 2009

Presse journal Saint Mandé 2011

Presse de la Manche 2018

la manche libre 2019

 

Catalogues

Rhizome 2008

Aujourd’hui la couleur 2010

La figure ou le lieu 2011

Passage du temps 2012

Art en ciel 2014

Cheminements maritimes 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

contact @ la-couleur-necessaire.com

2 thoughts on “Présentation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.