Naviguer au près

Une question qui revient souvent lorsque l’on a la pratique du dériveur et que l’on passe au grand monocoque est  » Est-ce que ce bateau peut dessaler ». A force d’avoir pris de bonnes gamelles l’on se pose quelques questions lorsque l’on passe au support supérieur. Un grand voilier possède une quille qui l’empêche de dessaler. Néanmoins ce n’est pas toujours évident de ne pas stresser dès que le bateau commence à gîter. Si tel est votre cas lisez la suite:

J’ai longtemps eu peur à la gîte d’un voilier au près surtout dans le vent ou une bonne brise pour parler marin. Car même si je sais que le bateau ne dessalera pas, je sais aussi qu’il est possible de coucher le mat et les barres de flèches dans l’eau et ce n’est pas vraiment confortable… Si la quille sort de l’eau ce n’est pas terrible du tout.

Alors pour déstresser un moniteur de voile m’a fait faire plusieurs exercices bénéfiques que je vous livre ici.

Au près le bateau remonte tout seul au vent pour déventer sa voile. C’est nous qui avons de mauvais réflexes. Il a alors attaché la barre avec un bout, est partie à l’intérieur du bateau et nous a laissé assises au rappel. Dans les coups de gîte le bateau remonte au vent, dévente sa voile et se remet à « plat » ou tout au moins à la bonne gîte. C’est un excellent moyen pour prendre confiance dans le bateau et voir que tout seule il ne va pas se coucher dans la mer mais garde son équilibre.

Ce que vous pouvez faire ensuite c’est barrer les yeux fermés, cela aide à bien sentir chaque mouvement du voilier et à agir correctement sur la barre d’instinct. Et à ne pas commettre des erreurs que l’ont fait les yeux ouvert.

Par ailleurs si le barreur est bon ou que le moniteur est à bord vous pouvez lui demander de barrer et vous ne faites que poser la main sur la barre et suivez ses actions sur la barre. Vous verrez c’est aussi un bon moyen pour comprendre ce qu’il faut faire. Au besoin fermez les yeux, les aveugles sont de très bons marins.

Dès que ça gîte lofez et laisser le bateau remonter au vent, il sait ce qu’il faut faire et vous pourrez apprécier tranquillement la gîte si agréable au près pour vous et l’équipage au rappel. Si ça ne suffit pas n’hésitez pas à choquer quand même de la GV et ou à rouler aussi du génois. Selon le vent le Foc nr2 ou le Solent est plus adapté et un ris dans la Gv peu être pas mal. Tout dépend aussi du navire, de l’équipage en fonction de la force du vent.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>