Un portrait en couleur

Vous avez envie de peindre un portrait mais vous vous dites que vous n’êtes pas doué en dessin et que c’est peine perdue. Et bien j’ai une bonne nouvelle pour vous, vous allez devenir excellent en un rien de temps. D’abord prenez votre temps pour peindre, si vous mettez trois heures pour une première étape puis une semaine pour le fignoler c’est normal. Ensuite, ne vous prenez pas pour un appareil photo ou un photocopieur. A moins d’un don fantastique vous aurez du mal et vous allez vous décourager.

Pour commencer dites vous bien que peindre un portrait c’est le seul moment où vous pouvez regarder quelqu’un sans risquer de vous prendre une gifle ou une réflexion de mauvais gout.

Je vais vous donner des outils pour dessiner ou plutôt esquisser un portrait sur le vif.

Il y a plusieurs manière de voir un portrait. Si vous prenez un portrait par siècle, de la Renaissance à l’impressionnisme, vous verrez différentes manière de faire. L’on part ainsi du dessin, du visage qui semble être photographié et qui se rapproche au plus près de la réalité. Un peu comme une carte du territoire dont la transmission est une vision la moins imparfaite de la réalité, voir la plus parfaite s’il s’agit d’une carte marine. Là nous sommes dans le portrait classique de Rafael, de Poussin, de Rembrandt, Vermeer. C’est le trait ou la ligne qui vont donner corps au portrait auquel la couleur vient donner vie. Puis à partir des impressionnistes l’on part de la tache colorée sans dessin préalable. Avec Matisse les taches colorées viendront se substituer aux ombres et à la lumière.

C’est en partant de la tache que vous allez peindre votre portrait, car c’est une manière simple d’y arriver.

Néanmoins je vais vous donner quelques tuyaux si vous voulez tenter le dessin.

En partant du trait et du dessin :

Entraînez-vous à faire votre autoportrait en vous regardant dans un miroir. Prenez le temps de scruter l’anatomie de votre œil, pensez que l’œil n’est pas vide mais qu’il y de l’épaisseur à l’intérieur. Regardez attentivement les espaces entre chaque partie de votre visage. Selon la règle d’or qui divise le corps en des parties égales pour avoir une harmonie parfaite, votre visage se divise en trois parties dans un ovale. Le front et les yeux; les yeux et le nez; le nez et le menton. Commencez par ces étapes et ne cherchez pas à faire un beau dessin. Pour faire de beaux dessins il faut faire un dessin par jour, voir dessiner durant trois heures par jour. Tout comme un pianiste joue des heures entières tous les jours pour arriver à jouer Debussy, mais c’est possible d’y arriver par étape en étant débutant, mesure par mesure.

Revenons au dessin. vous allez vous confectionner un carnet à dessin avec des feuilles et des cartons de récup, genre enveloppes des factures, emballages des biscottes etc. Chaque jour vous notez la date et vous dessiner votre visage, puis celui des gens autour de vous. Apprenez à esquisser un visage en même temps que la personne bouge. Ne demandez pas à la personne de poser. Au contraire, entrainez votre œil à regarder, à mémoriser, à capter, aiguisez votre œil et votre regard. N’hésitez pas quand vous allez à une conférence, à un cours, à la terrasse d’un café… à esquisser les gens autour de vous. A la fin de l’année vous aurez 360 portraits et vous aurez vraiment progressé.

Pour plus de facilité demandez à un proche de dessiner en même temps que vous. Vous vous dessinez en même temps de face puis de profil. C’est plus rigolo à quatre. Deux par deux de face, puis vous vous placez à chaque extrémité d’une table de façon à ce que chacun ait le profil de l’autre et vous vous dessinez les uns les autres. De temps en temps vous placez le portrait à coté de votre camarade et vous verrez les erreurs à rectifier.

C’est l’été, c’est l’heure des portraits, vous allez vraiment passer de chouettes moments à la terrasse des cafés et sachez qu’un portrait est toujours plus fort qu’une photo et n’oubliez pas c’est le seul moment où vous pouvez contempler sans risque votre voisin et votre voisine.

En partant des taches, la peinture :

Pour réaliser un portrait en partant de la tache, prenez une photo en noir et blanc dont vous aurez contrasté les nuances de noir et blanc. Faites une photocopie du portrait que vous voulez réaliser en fonçant l’image.

Puis vous placer l’image à l’envers. Pourquoi? Afin d’oublier le visage. Voyez la géométrie du visage dirait Cézanne. Cherchez les formes géométriques de votre portrait, repérez les ronds, les triangles, les rectangles…

En partant de ce postulat ce sera beaucoup plus facile.

Première étape vous prenez un tube de couleur, imaginons du rouge. Vous mélangez votre rouge à du blanc et vous recouvrez votre toile, ou votre feuille entièrement de ce mélange. Il va nous servir pour les tons de gris de votre copie et les ombres. Ensuite vous commencez à peindre les taches de couleurs noirs de votre copie en rouge et les taches blanches en blanc. C’est pour cela que je vous demande une copie contrastée, pour bien démarquer les noirs des gris et des blancs. Tous ce qui est gris, ou les ombres, demeure de la couleur de votre fond que vous avez obtenue avec votre mélange rouge et blanc.

Une fois que vous avez bien tout peins, retournez votre peinture, fantastique votre portrait apparait.

Avec le temps vous pourrez exécuter un portrait sans retourner votre feuille à l’envers et le réaliser avec du fusain à n’importe quelle terrasse.

Si vous constatez qu’entre le nez et la bouche vous pourriez introduire deux ou trois nez, ce n’est pas grave juste la prochaine fois réfléchissez mieux aux espaces de séparations des différentes sections.

Pour débuter je vous conseille de la peinture à l’huile car comme elle met longtemps à sécher, cela vous permettra de mieux sculpter votre peinture et de revenir plus facilement dessus si vous devez faire un repentir.

Un repentir est un changement que vous apportez à votre peinture. par exemple vous avez peint un bras puis vous l’ôtez en repassant par dessus.

 

Sur ce portrait je n’avais pas de couleur blanche aussi j’ai joué avec du jaune en tant qu’ersatz. Tout ce qui était blanc est devenu jaune, le noir vert et les ombres soit du gris sont du vert clair.

 

DSCF7798 - Copie

Oliver Hardi, Arcylique sur toile, 50 x 50 cm

 

Par la suite entrainez-vous en reproduisant une peinture classique avec cette technique contemporaine.

La prochaine fois je direz comment réaliser un cheval avec un seul crayon gras de votre choix, ou mine de plomb ou fusain. Mais à partir de cette technique le cheval ne devrait plus être un secret pour vous.

A vos pinceaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>