Fastnet la course le phare

fastnetrock-rolex-cb

La Course du Fastnet c’est partie depuis quelque jours. Un super départ et des « milliers » de voiliers sur l’eau déployant leurs voiles.

Connaissez vous l’histoire de cette course? Ses drames mais aussi ses charmes?

 

La course du Fastnet, comme son nom l’indique, est une course de voiliers qui s’élance la semaine du 15 aout, à partir de Cowes vers le phare du Fastnet au sud-ouest de l’ Irlande. Fastnet pour les mateurs de la météo marine dont France Inter nous prive, hormis sur les longues ondes, c’est une zone météo. Vous vous souvenez: « Fastnet, Lundy, Irish Sea, Malin, Hébrides. Le Fastnet c’est en bas au dessus de Sole. Antifer, Casquet, Ouessant, Sole se suivent et au dessus de Sole et des îles Scilly il y a le fameux Fastnet et son phare qui fait écho à Tévennec au large de l’île de Sein. Tous deux sont sur leur rocher réciproque.

 

images

Tevennec

Phare de Tévennec

fastnet safe_image

Phare du Fastnet

 

La course

La course a été lancé en 1925 et organisé par le RORC, le Royal Ocean Racing Club. Elle est organisée tous les deux ans.

images

Elle est difficile et devenue mythique par le drame qui s’abattit sur elle en 1979.

Dans l’hémisphère Nord on se trouve dans les 50e Hurlant Nord et dès la semaine du 15 aout, l’on retombe dans les affres des dépressions, mauvaises. La saison est courte. Cette année là, les voiliers s’élancent avec des professionnels et des plaisanciers et en cours de route deux bulletins météo, l’un français, l’autre anglais. Je ne sais plus lequel était alarmant et lequel était plus soft sur l’arrivée d’une énorme dépression violente.  Toujours est-il que nos marins ont continué leur course et se sont retrouvé dans un cyclone. Une mer énorme, des murs d’eau, un ciel noir la nuit. Pris de peur panique beaucoup ont fuis leur navire sur leur radeau de sauvetage et se sont malheureusement noyés. Quant aux voiliers ils ont été retrouvés intact en mer ou sur une plage. Aussi, depuis, c’est une certitude, TANT que le voilier ne coule pas, il ne faut Surtout mais au grand dam, jamais quitter le navire!

 

 

Gérard Janichon a traduit l’excellent livre qui relate le témoignage d’un des participants laissé pour mort à bord du voilier avec un autre équipier, qui lui, malheureusement, était mort. Il y a toute une scène avec un dialogue qui s’installe dans la nuit et la journée, dans cette tempête, entre ces deux hommes. L’écriture de Gérard Janichon est très agréable et d’une grande qualité et je ne peux que vous recommander cette lecture prenante. C’est un de mes auteurs favoris et ce livre est d’une force dans cette tempête.

J’ai d’ailleurs laissé ce livre en mer à d’autres marins, j’espère qu’il passe de voilier en voilier.

86 voiliers sur 306 seront indemnes et boucleront la course.

Mais ce drame, heureusement, n’a pas arrêté la course qui continue de nous émerveiller sur cette route maritime Irlandaise, dont voici un lien pour suivre la course sur la carte et la position des voiliers.

 

http://www.rolexfastnetrace.com/Tracking-Full-Page-Hidden/2015-fleet-tracking-race-player.html

 

 

Le Phare

« Carraig Anoair » le Rocher Perdu voila le nom du site du phare du Fastnet Rock, situé dans le comté de Cork. Le rocher s’élève à 30 mètres au-dessus de la mer. Au sud ouest de Clear Island à 3 miles de cette île environ. Robert Mallet en dirige la construction en 1853. Le 1er janvier 1854 il émet sa première lumière nocturne pour éclairer la route. En 1847 un naufrage d’un navire américain occasionna la mort de 92 personnes, il fallut donc y remédier par la construction d’une lanterne pour avertir et prémunir les marins.

sans-titre

Quand j’entends que maintenant il y a de la technologie avec les GPS pour informer des dangers et que les phares ne sont plus utiles, cela me fait bondir. Combien ont laissés leur vies en mer parce que la côte n’était pas signalée ou le danger de la terre pas balisé? Combien ont laissé leur vie pour qu’un phare un jour vienne signaler les écueils en plus d’apporter une note poétique ? Et certains voudraient les laisser dépérir. C’est tout simplement inadmissible. Ce patrimoine et cette architecture, car il ne s’agit pas simplement d’une tour avec une lumière, il y a bel et bien tout un travail d’ingénieur, et d’artiste. Ce sont souvent aux membres des beaux arts que sont demandés  des projets, parfois irréalisables, compte tenu de la dureté de la mer.

Il faut un bon compromis entre le matériau et l’architecture.

Donc depuis 1854 le Fastnet Rock, cette nuit du 1er janvier jette sa lumière sur la mer. Sa hauteur est de 54 mètres, sa portée de 27 miles, son automatisation date de 1989. Il est non visitable.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>