filets #3 petit port de Pianottoli ou l’eau si précieuses et rare

WP_20170513_13_15_45_Pro

LE PETIT FILET ROUGE DE PIANOTTOLI

Ce petit port est tout minuscule mais oh combien serein et tranquille. Nombreux sont ceux qui, en camping ou en voilier sont heureux d’arriver ici, car ils y aiment le silence qu’ils savourent. “enfin du silence”

D’autres port sont bruyants et devaient être fort agréable il y a bien longtemps. Dans les années 1970 par exemple. Sans toute cette foire nocturne et sa pollution sonore, ses fêtes incessantes. Les nuits de brouhaha, de musique, de fuite de quelque chose. Ces animations qui durent et durent encore. Ces yachts où les gens oublient le voisinage et leur vie se voit des fenêtres et non du quai.

Alors à Pianottoli on dort tranquille. Et on est content d’y arriver. d’être dans ce cadre quasi proche du mouillage dans une crique au creux des montagnes. Le village est situé entre Sartène et Bonifacio au croisement de Porto Vecchio. Le port est situé tout en bas du village en traversant Caldarello, “la petite chaleur”. Au loin, on a une très belle vu sur La Sardaigne. Sa silhouette se fond entre horizon et mer.

Durant mon séjour saisonnier au port, j’ai beaucoup appris sur le terrain sur le fonctionnement du port. Nous offrons un accueil chaleureux aux plaisanciers en les guidant à leur place de ponton, en les aidant à s’amarrer aux pendilles, en marche arrière. Ce qui n’est pas facile. Ici pas de catway.

Quelques pontons, plusieurs bouées, des places à l’avant du ponton, mi bouées, mi amarrage pontons. De quoi faire de nombreux sauts de kangourou.

Pas facile de lancer le lasso. Mes journées démarrent à faire et défaire les noeuds de chaises des voiliers et yacht, énormes catamarans. Parler en allemand, anglais, italien.

C’est ce qui m’aura le plus amusé, recevoir les plaisanciers et leur parler dans de multiples langues et leur donner les conseils touristiques. Car c’est bien cela qui me plait avant tout. Faire découvrir ce patrimoine si riche.

La tour génoise, l’uomo di Cagna, les balades à pied et les grandes rando. Regarder les couleurs magnifiques et les ciels aux nuages si impressionnants. Mais je dois surtout donner les consignes du port.

Chaque matin débute par un cheking des bateaux, ceux qui sont là, ceux qui arrivent, ceux qui partent, ceux qui sont arrivées dans la nuit et veulent partir sans payer. Puis restaurer, entretenir le port,  ses bouées, regarder que tous les bateaux vont bien quand le Libeccio ou le Mistral souffle. Les éloigner du ponton pour ne pas qu’ils s’y cognent. Eviter que quiconque sorte du port. “C’est pas l’Atlantique ici, le port est fermé, vous ne sortez pas, personne n’entre tant que le coup de vent ne s’est pas calmé.”

Les marins rallent. Oui mais, vous avez des enfants à bord. Vous n’allez pas risquez de couler.

 

Moi, j’ai pour fonction la peinture et les noeuds de chaises que j’enseigne à certains passants du port.  A la demande du capitaine, j’ai peins des dauphins sur le phare d’entrée de port, restauré les portes des douches. Que tout le monde à apprécié grandement. Quelques épissures,” Arrêtez de me regardez j’y arrive pas du coup”. Alors que pourtant j’en fais souvent pour moi, pour créer les laisses du chien. Un trou noir m’envahit sur ce toron à trois brins. Ou me suis je trompée ???

Pour le noeud de chaise :”le serpent sort du puit, fait le tour de l’arbre et retourne dans le puit”. oui mais où est l’arbre, qui est le serpent, où est l’arbre? Alors il y a ma technique du pot de crème au chocolat ou la boucle apparait tout de suite avec le nez du serpent qui en sort, fait facilement le tour de son arbre et retourne dans sa niche.

 

dauphins port pianot 2 Pianottoli-Caldarello

 

Je vous livre une petite vue de ce magnifique petit port, dont l’ancien maire Jerôme Polverini que je salue, a tant pris soin et le nouveau Monsieur Bianconi continuera sans aucun doute à perpétuer cette nature, calme.

WP_20170513_13_15_51_Pro WP_20170513_14_34_09_Pro WP_20170513_16_53_34_Pro WP_20170515_18_07_15_Pro WP_20170515_18_10_58_Pro WP_20170517_08_01_42_Rich

 

J’ai rencontré le maire en 2016, alors que je venais pour la première fois au village de mon grand père. Je venais pour voir les terres ou plutôt la terre face à la Sardaigne pour régler une succession. Suite au décès de mon oncle.

Le maire connaissait bien mes grands parents. Je me présente donc à lui dans ma tenue de marin mousqueton.

Je rentre dans la mairie et demande à le voir

(avec l’accent corse) : “oh le maire, mais on ne le voit pas comme ça. Ici on ne donne pas de rendez vous. A vous d’avoir la chance de le croiser.”

Bon, je vais donc attendre qu’il sorte de son antre. Je tourne autour des dauphins, effigie du village. Le voilà qui sort. Je le suis un moment et devant la vitrine d’une agence immobilière, je l’aborde.

“Monsieur le Maire enchantée, je suis la petite fille de Domi Giafferi”, la nièce de Charles.

Il sursaute lorsque je lui dis que je suis la petite fille de Dom. Il me prenait pour une baba cool. Et pourquoi hippie tant qu’à faire. Hum.

Rendez vous pris le lendemain pour avoir le plan du terrain et m’y rendre. Il est bien devenu un maquis dense… à défricher.

Enclavé, sans route, à la croisé du chemin pédestre et du chemin pompier au milieux des tombes des voisins. Ce terrain de quasi 4ha est inconstructible.

Je comprends que je ne dois pas insister, il est classé en zone naturelle. Mais avec mes talents de bergère.

“Et des chèvres du coup, je peux en mettre dessus ?”

” Ah vous avez des talents de bergères. Cela change tout pour renouer avec mes racines.

Le maire me rappelle quelques ours plus tard. Rendez vous au cimetière pour me montrer les sépultures de mes ancêtres

“Sylvia, c’est le maire, vous êtes bien d’ici, j’ai retrouvé vos ancêtres, il y a la photo de l’un d’entre eux, c’est bien vous, vous vous ressemblez.”

“Bon il faudra les nettoyer et votre terrain aussi”.

Je visite ce charmant village aux senteurs d’immortelles, à l’architecture touchante et vernaculaire fixe et au paysage montagneux si beau qui me fait tant penser à Cézanne

 

.

WP_20170514_17_12_36_Rich

 

DSC_0731 DSC_0717 DSC_0655 DSC_0590 DSC_0586

DSC_0576 DSC_0577

 

IL N’Y A PAS D’EAU

 

L’eau, si précieuse. durant ma saison, cela fera bien longtemps que je n’ai passé 6 mois en short et t shirt. Dans la Hague, si belle de ses lumières, il fait froid comme aux Hébrides, même en plein mois d’aout je porte un polaire et allume le feu de bois. 14 degré. il fait bon mais comme dirait un mai marin et artiste peintre Phillipe Alphé “oui il fait bon mais c’est comme un Dunkerque, il faut être derrière une vitre”.

Je n’en pouvais plus de ce froid, de l’humidité, du brouillard tenace, de ce vent froid, mais ce coin de terre où il fait jour si tard, où la nuit n’existe quasi pas jusque fin juin. Ce coin de terr si beau, ses villages de pierres, le petit port Du capitaine de la barrique si chanté par la rue Ketanou.

Ce coin de Terre qui ressemble à l’Irlande. Comme dirait une voisine, ici on est dans une peinture, dans la lumière, en Corse on est dans la couleur.

Mais pour moi nous sommes aussi dans une peinture:” fauviste”. Mes préférés, ma spécialité.

Alors ce cap au sud me fait du bien. Je me sens replantée où il faut. Si j’ai de la chaleur durant 6 mois, je n’ai pas une goutte d’eau. Il pleut à Bastia, à Porto Vechio, les marins se font rincer en venant d’Ajaccio, mais moi je ne vois pas la pluie une seule fois. Les restrictions d’eaux se font sévère. Au port, l’on ouvre les vannes de 7h à 8h et de 17h à 18h. gare à celui qui ose laver son bateau.

L’eau est coupé dans tout le village et des citernes apportent l’eau.

Sachant cela je ne comprends pas cette famille qui a un bateau de voyage au port mais qui s’en sert comme d’un appartement flottant et fait un plein d’eau régulier. ????

Je me fais crier dessus par des plaisanciers en catamarans qui cherchent de l’eau et j’ai interdiction d’en vendre à tout étranger au port. Pour avoir de l’eau il faut au moins passer une nuit. Mais le port est complet. Quand une nouée est disponible, alors certains font semblant, il prennent une nuit mais s’en vont dès que le plein d’eau est fait.

Et les gars comment vous feriez pour traverser le Pacifique ???? Mince l’eau il faut y faire attention !

C’est la première fois que je vois les garages et stations de lavages des voitures fermées. La première fois que je vois les voitures devenir si pleine de poussière.

IL N’Y A PAS D’EAU, il n’y a plus d’eau. Il fait chaud, sec, les rivières disparaissent, s’assèchent. Alors quand on ralle parce que les douches sont payantes et pas assez longues …. “Oh Dehors les romano” c’est exprimé le capitaine du port. Une bande de farfelu dont je n’avais pas précisé que les douches sont payantes, car cela me paraissait plus que normal et logique après avoir navigué longtemps. J’ai rarement vu des douches gratuites sans acheter de jetons ? Le cinéma qu’ils nous ont fait.

 

LE PIANO

Mon piano me manque. Je pensais pouvoir en louer un le temps de ma saison, mais non. A Propriano, le magasin de musique est fermé, la porte en vitre brisée.

A Ajaccio  la vendeuse refuse de me livrer un piano en location car se sera pas rentable pour la route de montagne, passer les cols. Elle veut m’en vendre un. Oui mais j’ai déjà le mien en Normandie. je ne vais pas en acheter 2.

Je me met à la recherche d’un synthé. Ou je vais devoir faire comme Zhu Xiao Mei et dessiner le piano et m’entrainer sur du carton. VIDEOS | zhuxiaomei 

Zhu est une pianiste très gentille qui a vécu à l’époque de Mao un enfer pour continuer de jouer. Son livre “La rivière et son secret, des camp de Mao à JS BACH”, relate cet enfer et cruauté mais aussi cette envie de tenir bon et de tout jouer pour jouer. Une belle leçon pour s’en sortir.

Une petite annonce est faite pour moi. Il n’a que 5 octaves mais ca ira. Trop drôle la vie, la dame qui le vend l’avait acheté à sa fille à Paris à Saint Mandé / Vincennes, d’où je viens et où il rentrera.

Mais je ne joue quasi pas. Le soir je suis HS. Et au fur et à mesure de la saison mes poignets me font de plus en plus mal. Je ne peux jouer que 4 mesures, puis 3, puis 2, puis qu’une seule. Je ne sais pas encore que me guette une capsulite rétractile qui va m’empêcher de jouer plus d’un an.

C’est là que je me replonge dans toute la MTC et les plantes. Si passionnant ce triangle des 5 organes en lien aux 5 éléments qui se nourrissent et s’engendre mais pas dans le même ordre.

Avant de venir en Corse et de travailler au port, je donnais des cours de piano en initiation piano aux débutant tout âge. J’aimais beaucoup enseigner cette discipline qui me tient tant à cœur. J’enseigne surtout le rag time, jazz, boogie, impro, blues. C’est un langage si émotionnel et thérapeutique. Je crois que la musique permet cela à son écoute d’où la musicothérapie. La musicothérapie et la Médecine Traditionnelle Chinoise (calebasse.com)

Voici mon site piano :

https://clefdesolclefdefapianofacile.com/

Cela m’a manqué de ne pas enseigner le piano, retrouver des élèves passionné -e-s qui progressent vite.  Voir quelqu’un aller mieux, s’épanouir en jouant, progresser et se faire plaisir. Quoi de mieux à partager.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.